Photographer : Lucie Cabalou

Sweater - Zara (similar here and here)
Jean - Vintage Levis 501 (similar here and here)
Sandals - Zara (similar here)
Socks - H&M (similar here)






Photographer : Lucie Cabalou


Il était une fois une peau capricieuse. Coquette sans démesure, elle avait essayé plusieurs formes et marques de maquillage. Certaines convenaient d’autres pas du tout. Puis un beau jour, alors qu’elle faisait la belle devant son miroir, elle entendit courir le bruit qu’une nouvelle marque de cosmétique était arrivée en France. Oh borring ! Sauf que, cette fois ci il s’agissait de produits qui donnaient à la peau l’air d’une peau. Un coup d’éclat sans trop en faire. Tout ce qu’on aime non ? Alors ma peau et moi (oui parce qu’il s’agit de ma peau) on est allée faire un tour sur le site de cette fameuse nouveauté : Glossier. Et on n’a pas été déçu du voyage. Dans notre panier, on a décidé de suivre l’esprit de la marque et on a sélectionné que des produits crémeux, rien de poudreux. Et comme on n’a vraiment pas été déçu, on vous a concocté une petite démo en image :

1ère étape :  PerfectSkinTeint, medium
Cette crème est à mes yeux un mélange entre un fond de teint et une BB crème. Elle apporte une légère couvrance qui unifie le teint tout en laissant apparaître ce qui fait d’une peau une peau : les taches de rousseurs, les pores, les petites imperfections, le rosé des joues, etc. 
Une fois ma peau nettoyée et hydratée, j’applique le Perfect Skin Teint, medium pour moi, à la main comme une crème quelconque, et comme d’ailleurs tout ce qui va suivre dans cet article. Il est vrai que parfois ces bases peuvent assécher la peau et jeter au placard tout le processus hydratant qu’on met en place avant de passer au maquillage. Ce n’est pas son cas ! En plus d’être très fluide, léger et facile à appliquer sans laisser de traces, le Perfect Skin Teint laisse une peau douce sans l’assécher une fois étalé. 


2e étape : CloudPaint, dusk 
Le blush est avec le rouge à lèvre ce que je préfère lorsque je me maquille. Ma peau n’aime pas rougir, je peux faire un marathon que ça ne changera rien. Il faut vraiment une forte émotion pour qu’elle se mette à rosir, je vous avais dis qu’elle était capricieuse ! Alors pour moi le blush change vraiment tout. 
J’ai opté ici pour le Cloud Paint dusk. Comme j’ai la peau claire mais pas des plus blanches (les restes de 8 ans de sud étant enfant + un mélange d’origines curieux), la teinte dusk donne un rose/noisette sur ma peau. Je trouve que les blushs qui tirent très légèrement vers le brun ou l’orangé sont ceux qui donnent aux pommettes une couleur plus naturelle que le rose brut. 
Les blush Glossier se présentent sous forme de tube de crème, fait pour se mettre aux doigts. J’en dépose un peu sur le dos de ma main, et je l’applique sur mes pommettes en tapotant légèrement.


Dans la vie de tous les jours je ne porte pas d’anti cerne car je n’en ai pas besoin. J’ai les pommettes blanches sans couleurs mais j’ai pas de cernes, chacun son truc ! Cependant j’ai tellement lu et entendu que le Stretch Concealer était l’un des meilleurs, que j’ai eu envie de le tester. Eh puis, je pourrais toujours m’en servir comme correcteur tout court. 
Ici j’ai choisi la teinte medium, tout comme le Perfect Skin Teint. Il se présente sous forme solide dans un petit pot ; on l'applique avec le doigt en tapotant sous les yeux comme à peu près tout les anti cernes. Il se fond très bien avec la peau, ne laisse pas de couche épaisse qui alourdit le regard, et surtout au fil de la journée il ne se forme pas de résidus linéaires qui viennent se loger dans les sillons de la peau. Même si je ne porte pas d’anti cerne il m’est déjà arrivé d’en mettre comme ça pour essayer, et généralement voir le résultat quelques heures plus tard ça fait peur ! Donc le concealer qui vieillit mal c’est pas la peine, et avec celui ci vous êtes tranquille ! 


4ème étape : Lidstar, club
Je ne prends jamais le temps de me maquiller les yeux, d’abord parce que j’aime bien me faire une tête en 5 min, eh puis comme je met souvent du rouge à lèvre je trouve que ça fait vite too much. Seulement, quand j’ai vu les Lidstar, je me suis dis que c’était un bon compromis. Il s’applique comme un gloss directement sur la paupière, et ensuite je viens estomper le tout au doigt. Ca prend 5 secondes, le résultat est très léger et donne un effet glowy qui je trouve illumine le regard. 
Le petit plus : grâce à sa matière crémeuse, si au bout de quelques heures on ferme les yeux on ne retrouvera pas de petites lignées foncées sur les paupières (tout comme pour le Stretch Concealer), comme ça peut être le cas avec les fars !  


5ème étape : Haloscope, quartz
Ce que j’ai découvert chez Glossier : le hightlighter. Très en vogue en ce moment, je ne m’étais pas encore penchée dessus, et finalement le packaging de la marque a eu raison de moi. Eh puis tant qu’a faire, autant en choisir un qui ne fasse pas un effet « j’ai mis trois tonnes de paillettes sur ma tronche ». J’ai donc opté pour deux teintes : quartz et topaz. 
Ici j’utilise le quartz pour continuer dans l’esprit « I woke up like this » alors que pas du tout. C’est un gros tube, un peu comme un baume à lèvre, légèrement brillant qui apporte encore cet effet glowy qui va bien. 
Ici je l’applique directement avec le tube, sur plusieurs zones du visage, que je viens ensuite estomper au doigt : 

-les pommettes en faisant un arc de cercle qui part de la pointe des joues jusqu’aux tempes
-sous l’arcade sourcilière 
-l’arrête et la pointe du nez 
-l’arc de cupidon (juste au dessus de la lèvre supérieur) en faisant un petit point


6ème étape : BoyBrow, blond
Encore une chose que je ne fais jamais : les sourcils. J’adorerais avoir une belle masse sourcilière pour me la péter du regard, mais malheureusement la nature a voulu me donner trois pauvres petits poils qui se battent en duel en guise de sourcil. Ce qui veut dire que si j’épile j’ai plus rien, et si je maquille ça se voit tout de suite ! Et à mon sens, voir la trace du crayon sur les sourcils, remarquer qu’ils ont été maquillés, c’est tout sauf class. 
Mais bon, comme j’ai entendu beaucoup de bien sur le Boy Brow, je me suis laissée tenter une fois de plus. Le produit se présente sous forme de mascara, ce qui change du crayon. Pour ma part coiffer mes sourcils, leur mettre un petit coup de gèle, clairement ça n’a aucun intérêt, donc je zappe ces étapes là et j’en viens directement au fait. J'ai appliqué une couche extra fine voir invisible sur la brosse de teinte blond et je dois dire que le résultat est plutôt satisfaisant. Bien entendu, à première vu je trouve que ça se remarque sur mon visage et même en appliquant très peu de matière, j'arrive encore à dire que c’est déjà presque trop. Mais disons qu’au bout de 5 min je fini enfin par m’y faire, ce qui n’a jamais été le cas jusqu’à présent. Parce qu’il faut être honnête, le résultat est très léger, et c’est ce que je recherchais.  


7ème étape : GenerationG, cake
La touche de rouge à lèvre. J’était à la recherche d’un nude alors j’ai opté pour le Génération G cake. Je ne sais pas si c’est la teinte qui fait cet effet, mais quand j’ai appliqué la couleur sur mes lèvres, je m’y suis reprise à plusieurs fois car je trouvais que la couleur était trop peu visible. Mais finalement elle se matifie, il faut en appliquer normalement, puis le rouge à lèvre adopte un aspect matte et donc une couleur plus franche au bout de quelques secondes. Eh puis comme tout chez Glossier (j’ai l’impression) il est très léger, agréable à porter. 

C’est tout pour aujourd’hui et ’hésitez pas si vous avez des questions ! 


Photographer : Lucie Cabalou

Coat - American Vintage (similar here)
Sweater - Uniqlo Men (similar herehere and here)
Pants - Brandy & Melville (similar here and here)
Shoes - Zara








Youtube

Contact

Fourni par Blogger.