Photogapher : Lucie Cabalou

Après des années de recherches effrénées à fourrer mon nez dans toutes les boutiques, toutes les friperies, tous les sites capables de penser un perfecto digne de ce nom, après toutes ces fois là où, par agacement, je me suis retenue d’acheter le premier qui me passait sous la main, et cette fois aussi ou j’ai craqué pour finalement embarquer avec moi une veste qui aujourd’hui encore est pieds poings liés dans mon armoire, j’ai enfin trouvé the one. 
Photographer : Lucie Cabalou
Photographer : Lucie Cabalou

Jacket - Vintage (similar on Vinted)
Waterproof Coat - COS (similar here and here)
Jean - American Vinage Men (similar here)
Shoes - &otherstories (similar here)












Photographer : Lucie Cabalou 

Las sacs ? Bien sur que j’aime ça, pourquoi on dirait pas ? 

Comme pleins de filles, j’ai de nombreux sacs rangés dans un sac à sac. Pourtant je suis plus du genre à changer de manteau tous les jours que de sac. On peut dire que je suis assez fidèle en sac. Sac, sac, sac, ça fait beaucoup de « sac » pour peu de porté ! 

Quand j’aime un sac, c’est pour la vie. Je dois avoir un ou deux coups de coeur par an, pas plus. J’aime porter un sac à main pendant longtemps. 

Et cette année (passée de 5 jours), il se trouve que l’heureux élu s’appelait Clark, qu’il était rose et petit. Ca fait deux bonnes raisons sur trois de ne pas pourvoir le trimbaler tout le temps à mon bras, et pourtant c’était lui et aucun autre. 
Rose comme le malabar pas discret dans la bouche, il ne passait pas partout. Petit comme le porte monnaie trop étroit pour contenir et les cartes et les sous, il ne me facilitait pas la vie et mettre mon appart dedans c’était pas possible. Pourtant, il cachait bien son jeu. Oui il était rose c’est vrai, mais il n’a jamais dénoté : il savait se faire discret meme s’il ne l’était pas, ou dans l’autre sens il devenait la touche qui change tout. Et oui il était tout petit, mais je pouvais ajouter mon agenda et quelques crayons, qu’il ne débordait pas. C’était bien lui, the one and only for the year. Merci Sézanne ! Aujourd'hui, Clark n'est plus reproduit par la marque, mais on peut le retrouver facilement en ligne un peu partout comme sur Leboncoin, Ebay, Vestiaire Collectif, Vinted (j'ai trouvé le mien ici), Vide dressing, Depop, etc. 

Le voici donc accompagné d’un col roulé en cachemire qui vient de chez Uniqlo homme, d’un pantalon Sandro (similar here) et de ces bottines Zara (similar here) qu’en ce moment je porte à toutes les sauces !






Photographer - Jérôme Pannetier


-Quel est ton style ?
-Eum… Quel est mon style... mayday mayday mayday faut répondre ma cocotte! Eh bien... oh putain on la perd la ! Je ne sais pas ! eh bah bravo…

S’il y a bien une question a laquelle je ne sais pas répondre c’est celle ci. Je ne crois pas avoir de style, enfin du moins pas un seul bien défini. Je change tous les jours, j’aime bien vaquer entre plusieurs personnages. Rock, street, bohème, classique je porte presque de tout. Eh puis à mon sens, on peut bien s’habiller avec vraiment n’importe quoi ! Dans mon armoire on trouvera de la fripe, de la marque, du bas de gamme, du très bas de gamme, du luxe… Je suis très diamant de coton si vous voulez. Mais s’il y a un truc que j’aime bien faire, c’est casser un style, lui donner un petit + ou un petit - !

Par exemple un truc tout simple qui change l’allure : le col. Si vous choisissez une tenue casual (et attention on adore le casual), un simple col peut tout habiller et changer le style. C’est pratique, facile et ça ne mange pas de pain ! On peut utiliser des cols de chemises évidement, mais pas que…

Pour ma part, je préfère que le col soit très épais, je trouve que ça rend la tenue plus travaillée. Mais qui dit col épais, dit chemise épaisse et tout le monde sait que ce n’est pas donné ! Alors personnellement, acheter une chemise blanche toute simple, sans jolies manches ou coupe recherchée (parce que là faut plus s’étonner si le prix grimpe), à un coût un peu trop élevé pour une pièce des plus basiques que je vais surtout porter pour son col, ça me dit moyen. Du coup, depuis quelques années j’ai opté pour : le mock shirt. C’est un petit accessoire qui ressemble un peu à un bavoir quand on le met, mais qui vient se cacher sous un t-shirt, un pull, enfin sous tout ce que vous voulez pourvu qu’il se cache, pour ensuite laisser dépasser un col. Il peut aussi se présenter sous forme de col-collier, qui vient simplement se poser sur le vêtement, et s’attacher dans le cou (comme celui que je porte ici). 

Je trouve les miens chez COS, car ils me conviennent très bien. Les gammes changent assez souvent, et on peut y trouver des cols simples, travaillés, colorés, etc. Mais surtout ils sont de très bonne qualité, bien épais comme on aime. Ils tournent autour de 30€ ce qui à première vu n’est pas donné, mais quand je fais le calcul je peux m’acheter 3 mock shirts pour à peine arriver au prix de la première chemise toute simplette qui me donnera ce col épais que je recherche. Ca me va !

Ici je porte un pull en cachemire Uniqlo, avec un cuissard qui vient de chez Brandy & Melville. C’est une tenue quelque peu sportswear que je pourrais mettre à l’arrivée des beaux jour, quand il fait assez chaud pour se balader les jambes à l’air, mais pas assez pour zapper le pull. Le tout recouvert d’un léger trench par exemple. J’ajoute à ça un col et on passe du « salut j’étais à la salle, mais faut pas déconner il fait pas encore 40 dehors » à « je suis pas obligée de faire du sport pour porter un cuissard t’as vu ? ». 

Youtube

Contact

Fourni par Blogger.